Recyclage du textile : vers de nouveaux usages

Transcender les limites du textile en explorant les possibilités d’applications et de marchés des fibres usagées… c’est tout l’enjeu de Retex, un partenariat eurorégional franco-belge.

L’objectif du projet Retex : intégrer les déchets de l’industrie textile ainsi dans la boucle de fabrication de nouveaux produits textiles.

Source : ADEME & VOUS LE MAG n°113 - mars 2020, la transition énergétique en actions

21 avr. 2020

#

Le projet Retex est né en 2016 dans le cadre du programme de coopération territoriale transfrontalier France-WallonieVlaanderen. Il est porté par quatre acteurs1 et fédère aussi plusieurs partenaires associés, dans les deux pays. « L’enjeu principal de ce partenariat eurorégional est d’intégrer autant que possible les déchets de l’industrie textile ainsi que des produits textiles en fin de vie dans la boucle de fabrication de nouveaux produits textiles ou pour des applications différentes. Et ce, en se concentrant sur trois matériaux parmi les plus utilisées par les industriels : le coton, le polyester et le mélange coton-polyester », résume Jeanne Meillier, business manager à EuraMaterials et chef de file de Retex.


UNE ÉTUDE À GRANDE ÉCHELLE

En premier lieu, une étude des gisements et des besoins a été réalisée auprès des entreprises de l’eurorégion. Dans cette optique, 250 entreprises ont été sollicitées via un questionnaire. Vingt-huit d’entre elles ont fourni des réponses complètes, qui ont permis d’identifier un peu plus de 60 000 tonnes de flux d’achats de matières premières textiles et de tracer près de 6 700 tonnes de chutes de production. « Parallèlement à ce travail, les acteurs de Retex ont mené de nombreux essais pour évaluer la faisabilité et la pertinence économique de différentes approches de valorisation des différents matériaux, à partir de gisements déjà connus de chutes de production ou de textiles post-consommation », poursuit Jeanne Meillier. Mais la grande réussite de Retex repose sur l’essor de trois chaînes de valeur complètes.La première porte sur la structuration d’une boucle fermée de recyclage de vêtements hospitaliers en mélange coton-polyester. En fédérant de nombreux acteurs de la collecte de vêtements en fin de vie à la fabrication de nouveaux vêtements, en passant par le démantelage des parties dures, l’effilochage et le filage, ce projet a démontré qu’il était possible de « boucler la boucle » et il fait aujourd’hui l’objet d’un pilote préindustriel. La seconde, encore en phase expérimentale, suit une approche similaire autour du coton, mais la matière première provient cette fois de chutes de production. La dernière, elle, est centrée sur le polyester. « Les gisements de polyester sont très importants mais présentent une grande hétérogénéité. On y trouve des filaments, des non-tissés, des tissages chaîne et trame très fins pour la filtration, des vêtements hospitaliers jetables, des ceintures de sécurité et des sangles… Nous savions donc qu’une voie de recyclage mécanique était inenvisageable et nous avons voulu explorer la voie thermofusible, à destination du secteur de la plasturgie. »


DE NOUVELLES PERSPECTIVES

Les partenaires de RETEX ont pu prouver la faisabilité technique de processus qui consisteraient à fondre les textiles pour en obtenir des granulés qui seraient ensuite extrudés sous forme de filaments ou moulés par injection. « Sur ce volet, nous ne pourrons pas aller plus loin que la preuve du concept technique en l’absence de fabricants de polyester sur la région. C’est un sujet de réflexion pour l’avenir. » En septembre prochain, Retex arrivera à son terme mais la dynamique qu’il a initiée ne s’arrêtera pas pour autant. « Les quatre partenaires ont prévu de continuer à se réunir régulièrement et des collaborations bilatérales sont d’ores et déjà engagées sur de nouveaux projets, avec des perspectives sérieuses d’industrialisation », annonce Jeanne Meillier en conclusion.

1. Le pôle de compétitivité EuraMaterials basé à Tourcoing, le CD2E (Centre de développement des éco-entreprises) situé à Loos-en-Gohelle, le centre de compétence textile et plasturgie belge Centexbel, et Fedustria, la Fédération belge de l’industrie textile, du bois et de l’ameublement.


Plus d’infos : > jeanne.meillier@euramaterials.eu

Pour lire l'intégralité ADEME & VOUS LE MAG n°113 - mars 2020, La transition énergétique en actions > https://bit.ly/3am5M7b